Accueil > Société > Documentation > Article

Actualité : Crash aérien à Pointe-Noire

06-04-2011
Crash aérien à Pointe-Noire : plus de vingt personnes tuées

Le bilan s’est alourdi après l’opération de ramassage des débris de l’avion. Au total 24 morts ont été extraits des décombres dont deux pilotes, deux mécaniciens, cinq passagers clandestins alors que le bilan provisoire annonçait seize morts.

Le cargo de type Antonov 24 appartenant a la compagnie Trans Air Congo (TAC) s’est écrasé le 21 mars après-midi au quartier Kitoko Daniel à Pointe-Noire. L’avion en provenance de Brazzaville s’est écrasé dans le 2e arrondissement (Mvou-mvou) alors qu’il s’apprêtait à atterrir après avoir reçu l’autorisation de la tour de contrôle, a indiqué le directeur général de l’agence national de l’aviation civil, Michel Ambendé.

Au milieu des interprétations, interrogations et commérages des habitants affectés par l’ampleur de la tragédie, quelques rescapés et témoins ont livrés quelques images retenus de cette vison apocalyptique du 21 mars.

L’avion a pivoté puis est revenu très rapidement. L’aile gauche a percuté une maison. L’appareil s’est remis à pivoter puis on l’a vu se diviser en trois partie : l’aile gauche est tombé sur l’avenue, la queue s’est écrasée sur une parcelle voisine et la tête est tombée en piquée chez nos voisins. « J’ai vu un pilote sortir difficilement du cockpit avant que celui-ci ne prenne complètement feu…Il est venu vers moi et m’a aidé à sortir ma grand-mère jusque dans le rue … », a relaté non sans peine l’un des témoins. Treize personnes ont été grièvement blessées. Elles sont admises à l’hôpital général Adolphe Sicé et à Loandjili.

Dès l’annonce du crash par les autorités de Pointe-Noire, le ministre de la Santé, George Moyen s’est rendu à Pointe-Noire. Il a visité les lieux où s’est produit le drame et s’est ensuite rendu auprès des blessés admis dans les deux hôpitaux.

Signalons que d’après les informations de la source cet appareil vol depuis 1983.


Berthia Mhilly