Accueil > Education > Documentation > Article

L'Univeristé Marien Ngouabi et ses boursiers


Université Marien Ngouabi : Une réflexion autour de l’attribution des bourses

La sous commission des bourses affilé à la commission nationale des ressources humaines, tient sa session ordinaire pour jauger toutes les questions relatives aux bourses des étudiants inscrits à l'université Marien Ngouabi

Dans son mot de circonstance lors de l'ouverture des travaux de la session tenue récemment à Brazzaville, le ministre de l’enseignement supérieur, Ange Antoine Abena a demandé la vérification des diplômes et autres pièces administratives composant les dossiers des boursiers.

La sous-commission des bourses qui se réunit une fois durant l’année, réévaluera les demandes et l'octroi des bourses aux étudiants de tous les cycles d'enseignement supérieur, en attribution mais également en rétablissement. Les dossiers de renouvellement seront traités par la direction générale des affaires sociales et des eouvres universitaires, puis soumis aux commissions techniques.

Au terme d’un travail d’authentification des pièces contenues dans les demandes de bourse, la commission préparatoire a déjà décelé un nombre important de faussaire qui falsifient les pièces afin d’obtenir un avis favorable de la commission.

Une liste exhaustive de ces malfrats sera établie et publié au ministère et à l'université Marien Ngouabi afin de décourager progressivement les auteurs de tels actes. La commission technique s'efforcera de traiter tous les dossiers afin de n'octroyer les bourses qu'aux étudiants méritants tenant compte des lois et règlement de la république », a déclaré Jean Baptiste Moussa.
Cependant, pour encourager ses collaborateurs au travail, le ministre Ange Abena les a conviés à user de non subjectivité dans le traitement des dossiers, et à lutter contre les antivaleurs.

Il a émis le vœu de voir informatiser les services s’occupant du traitement des bourses. « La modernisation de l'attribution des bourses est une exigence pour atteindre l'efficience de notre action. Et la modernisation du paiement de la bourse est une autre exigence afin qu'elle ne soit perçue que par l'étudiant méritant », a expliqué le patron de la structure.

Selon le ministre, l’information des services universitaires mettra un terme au fléau de la falsification des diplômes qui gangrène actuellement les facultés. Le ministre s'est aussi permis de suggérer la mise en place et l'application effective des procédures pénales afin de démanteler les réseaux des faussaires de diplômes.

Berthia Mhilly